M. Emmanuel Macron lors candidat à la Présidence de la République : Vidéo et texte ; « Un Secrétariat d’État AU HANDICAP » — et non plus ‹ aux Personnes handicapées › — directement rattaché au Premier Ministre, et non plus au Ministère de la Santé ») · 2017-04-28

Re-publication 2021 avec révision d’amélioration de la mise en forme de l’article et identification des liens vers des publications disparues, uniquement.

Document ou publication ici du vendredi 28 avril 2017
Article revu le 0000


La situation de handicap, ce n’est en rien synonyme de : personne handicapée.

Le handicap, la « situation de handicap », ce n’est pas synonyme de : « personne handicapée » signifiant d’office « personne infirme [1] » dans la mentalité française telle qu’elle est, et pas dans les nuages.

Comme cela on entend mieux :

Déclaration de M. Emmanuel Macron,

« Ma volonté : un Secrétariat d’État

AU HANDICAP

directement rattaché au Premier ministre, et non plus au ministère de la Santé ».

Source : Twitter.com/Emmanuel​Macron/status/858042800381841410/ ou Goo.gl/2OHHxk ou Pic.Twitter.com/BlXcbRLwK8 ou T.co/BlXcbRLwK8

Déclaration lors du meeting de Châtellerault du 28 avril 2017 :
En-Marche.fr/article/meeting-chatellerault-video, de mn 48:30 à mn 53:50 :

YouTu.be/XZDMlD2aSLA?t=48m30s
Publications disparues : Fb.com/EnMarcheInclusion/photos/a.941692599301293​.1073741828.941667675970452/985050824965470/ · Fb.com/EnMarcheInclusion/photos/a.941692599301293.1073741828.941667675970452/973255202811699/
43
43
PNG - 461.4 ko
44
44
PNG - 289.3 ko
45
45
PNG - 432.7 ko
42
42
MPEG4 - 1.6 Mo

What is above all needed is to let the meaning choose the word* and not the other way around. The worst thing you can do with words is to surrender to them.” George Orwell   * – for the word’s content 

[1In Cnrtl.fr/definition/infirme : « Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1539 ‹ faible, physiquement ou moralement › (Cl. Marot, Psaumes, II ds Gdf. Compl. : mon cuer jadis infirme) ; 1547 (Marguerite de Navarre, L’Adoration des troys roys, 384 ds Comédies, éd. F.E. Schneegans, p. 58 : infirmes espritz) ; 2. 1673 ‹ sujet à des infirmités diverses › (Molière, Le Malade imaginaire, I, 5, éd. R. Bray, p. 130). Réfection, d’apr. le lat. infirmus ‹ faible, physiquement ou moralement ›, de l’a. m. fr. enferm(e) ‹ malade, faible › (attesté de ca 1050, Alexis, éd. Chr. Storey, 220, au xvie s. ds Hug.), lui-même issu du lat. Cette réfection sav. a été rendue nécessaire par l’homon. de certaines formes conjuguées de enfermer*. Voir J. Gilliéron ds Bibl. Éc. Hautes Ét., t. 230, pp. 65-68. »


Publications

Derniers artic­les publiés

Navigation

Articles de la rubrique